Les exercices de technique respiratoire pour le running

Les exercices de technique respiratoire, je le répète ont une fonction préparatoire; On les exécute à l’arrêt, couché, assis ou debout,au pas de marche ou au très léger pas de course. Mais comment faut-il procéder lorsque la cadence s’élève ou, surtout, au cours d’une compétition ? Faut-il, en particulier, continuer à inspirer par le nez ,  » En aucun cas si la chose présente la moindre difficulté.

Plus l’effort augmente d’intensité, plus la demande en oxygène est grande, plus il faut faciliter l’entrée d’air dans les poumons  » Dès ce moment, l’inspiration et l’expiration se font tout naturellement par la bouche,à un rythme qui correspond instinctivement au besoin d’oxygène; Mais l’apport d’air sera d’autant plus grand que la cage thoracique aura gagné en élasticité et les muscles respiratoires en vigueur grâce aux exercices préparatoires avant l’entrainement de course à pied.

Dès lors, le rythme doit se former naturellement, sauf à un moment de la respiration qui peut – et doit même – être influencé volontairement : celui qui marque la fin de l’expiration; Plus celle-ci est complète mieux les poumons seront dégagés du gaz carbonique qui les encombre, et plus grande sera par la suite la quantité d’air non vicié qu’ils pourront absorber à l‘inspiration pendant la course à pied.

10 jours pour acquérir une puissance respiratoire meilleure

Dans une deuxième phase de préparation de la technique respiratoire, le dr Paul Martin conseille un exercice tiré de la pratique du Yoga, exercice très efficace que chaque coureur, même parvenu au stade de la compétition, peut faire seul et devrait donc maintenir à son programme de travail marginal; Ecoutons ce que dit le « médecin volant », chirurgien réputé, sportif de corps et d’esprit qui, à près de 80 ans, vient encore gaillardement à bout de Morat-Fribourd et de la Vasa, la célèbre épreuve scandinave de ski de fond de 80 km :

 » Dans l’exercice de la fonction capitale cardio-pulmonaire, ce qui importe c’est l’entrainement du rythme respiratoire et, dans cet entrainement, la science de l’expiration, Cette expiration doit solliciter au maximum tous les muscles expirateurs pour arriver à une évacuation lente et profonde pendant la course;

On peut citer ici l’exercice initial du yogi si connu en extreme orient, exercice dont le but est d’acquérir la maitrise de soi par l’exercice d’un rythme lent de la respiration. Le sujet s’entraine bouche fermée à une expiration lente, jusqu’à 30s par une seule narine, l’autre étant fermée par la pression du pouce.